LA VOIE THÉOSOPHIQUE

PHAN-CHON-TÔN.

“Il est temps que la Théosophie se présente dans l'arène”

Cette phrase, qui a été écrite en 1881 peu après la fondation de la Société Théosophique, se trouve aujourd'hui plus d'actualité que jamais. Car, de même que Pandore en ouvrant sa boîte a laissé échapper toutes bonnes et mauvaises choses sur l'humanité (excepté l'espérance), de même H.P. Blavatsky, en levant un coin du voile, a rendu au monde le goût de l'occulte et a fait déverser sur l'humanité toutes les possibilités (et impossibilités) de l'invisible et du psychisme. On a vu l'Inde, berceau spirituel, se réveiller d'abord timidement, puis de plus en plus hardiment et en arriver jusqu'à une certaine arrogance. On a vu les écoles de yoga étudiées de loin, observées de près, adoptées par certains et finalement importées dans divers pays d'Occident et d'Orient. On a vu le Bouddhisme, et surtout ses sectes les plus sensationnelles, mises à l'honneur. Le Zen a fait et fait encore fureur en Europe et en Amérique. De l'Islam, on a vu refleurir le Soufisme et la secte Bah'ai. Le Christianisme n'est pas de reste; et divers enseignements des Maîtres chrétiens ont été ravivés. Même la Théosophie n'a pas été épargnée, et outre le développement introduit par les efforts extraordinaires d'Annie Besant, on a vu une scission avec William Quan Judge, une occultisation avec Alice Bayley et une christianisation avec l'anthroposophie de Rudolph Steiner. Au dernier Salon des Religions et Philosophies tenu à Montréal, on a vu défiler toute une pléiade d'écoles de toutes sortes, qui étaient présentes; et d'autres existent qui n'ont pas cru bon d'y être représentées. La méditation transcendantale fait fureur. L'Atelier du Contrôle mental recrute de plus en plus d'adeptes. Derrière tout ce feu d'artifice, reste la Théosophie, qui demeure sans attirance et sans fard, comme l'Espérance au fond de la boîte de Pandore. Eh bien, il est temps qu'on en reparle, et il est temps qu'on remontre au monde que l'enseignement théosophique, que l'enseignement qu'a redonne H.P. Blavatsky au monde est un enseignement valable, un enseignement essentiel, que la Société qu'elle a fondée est une Véritable École et que la Voie Théosophique est de nature à mener l' étudiant sincère et sérieux aussi loin qu'il veut aller. Je crois que c'est un point qui est très important. Cette voie peut mener aussi loin que l'étudiant veut aller. Mais il faut qu'il veuille, et s'y astreigne. A ce prix seulement, il arrivera.

Il y a trois sortes de connaissances. La première est la connaissance directe, qu'on acquiert par soi-même, en soi-même. Elle est incommunicable. Ensuite, il y a la connaissance que les “connaisseurs directs” ont essaye de donner à leurs disciples. Peu de gens ont cette chance et cet honneur de recevoir un tel enseignement “de première main”. C'est une “connaissance de seconde main”, et même alors, elle n'est véritable que pour autant que celui qui écoute est capable de la saisir. Puis il y a une troisième sorte, c'est la connaissance transmise par des intermédiaires, de bouche à oreille ou par des écrits.

Ces deux dernières catégories de connaissance constituent le gros des doctrines et croyances des religions et les enseignements de la plupart des groupes dit spirituels. La SOCIETE THÉOSOPHIQUE ne vise pas à édifier un nouveau corps de doctrine ou de croyance. Bien qu'il existe une littérature théosophique assez considérable — deuxième et troisième types de connaissance — il a été clairement déclaré qu'aucun auteur, depuis H.P. Blavatsky jusqu'à nos jours, n'a l'autorité pour imposer ses vues aux autres. Autrement dit il n'y a pas une doctrine théosophique orthodoxe. La Société Théosophique a toujours attiré l'attention de ses membres sur le fait que de tels livres ne sont que des témoignages qui ont une valeur d'indication, mais que chaque théosophe devrait suivre son propre chemin et trouver sa propre vérité. Ceci est la vraie quête théosophique. Et si l'on passe en revue ceux de nos Aînés que nous considérons comme de grands théosophes, ils sont tous différents et ont chacun leur caractéristique propre. Ne parlons pas d'H.P. Blavatsky dont la vie a été exceptionnelle. Annie Besant était connue comme “The Warrior” (le guerrier). Alors que Sri Ram était l'exemple même du philosophe détaché. La quête théosophique n'a pas de forme définie, et c'est pourquoi il ne peut y avoir de guide, de maître, ni de code. Chaque membre est libre de chercher, de trouver, et de poursuivre sa propre voie. Dans cette société, il n'y a pas de règle extérieure, pas de contrainte d'aucune sorte. Cette caractéristique essentielle explique la faiblesse apparente, en nombre de membres, et surtout en recette financière. La Société Théosophique ne vend pas la Spiritualité. Que ceux qui veulent acheter facilement s'adressent à l'une des nombreuses boutiques qui foisonnent en ce moment.

Paradoxalement, c'est cette liberté fondamentale qui constitue le lien le plus fort, qui attache les Vrais Théosophes à cette Société. C'est pourquoi, il est bon que les membres sincères, mais peu sûrs, de la Société Théosophique sachent que, malgré son apparence chétive, la Société Théosophique est un grand centre de force, et, en vérité, soutient la marche ascendante de l'Humanité.

Le rôle principal dévolu à la Société Théosophique est d'être le levain pour l'Humanité. Elle a joué ce rôle depuis 1875, et a encore ce rôle à jouer pour le siècle qui s'ouvre devant elle.

Pour bien comprendre ce rôle, rappelons la devise de la Société Théosophique: Satyân nâsti para dharma. Cette phrase est officiellement traduite par: “II n'y a pas de religion supérieure à la Vérité”. En réalité, le mot dharma, qui est traduit par religion, a un sens beaucoup plus large et désigne tout ce qui résulte de l'agencement d'éléments épars. De poutres, planches, clous... la maison qui en est édifiée est un dharma. Du père, de la mère, des enfants, la famille qui en résulte est un dharma... A partir de certaines idées, une philosophie qui en découle est un dharma. De l'enseignement d'un Instructeur, une religion qui en dérive est un dharma. La Société Théosophique est un dharma, l'enseignement théosophique tel qu'il a été donné par H.P. Blavatsky est un dharma. Et aucun dharma n'est supérieur à la Vérité (Satya).

La mission de la Société Théosophique est donc d'être un canal pour l'expression de la Vérité.

A la fin du 19ième siècle, lorsque la Vérité a été obscurcie, et par les religions, et par la domination de la plus grande partie du monde par quelques nations puissantes, et par l'adoration des biens matériels, H.P. Blavatsky a donné une grande secousse en démontrant l'existence et l'importance de l'occulte. C'est elle qui a ébranlé la quiétude sacro-sainte des religions établies, surtout de l'église romaine. Son collaborateur, le Colonel Olcott réveillait le Bouddhisme endormi dans son berceau de Ceylan (Sri Lanka). Puis Annie Besant, en attirant l'attention du monde sur l'Inde, berceau de la spiritualité, a réveillé en sursaut cette même Inde qu'elle a menée à l'indépendance. Annie Besant et Leadbeater, par leurs recherches clairvoyantes, ont contribué à un élargissement de la conscience des scientifiques. En effet. entre autres choses, avec “La Chimie Occulte”, ils ont été les premiers à introduire la notion d'isotopie. Ils ont découvert, avant la Science, le deuterium et le tritium.

Sur le plan humain, la Société a déclare comme premier but: Former un noyau de la fraternité universelle, sans distinction de race, de sexe, de credo, de caste ou de couleur. Cette même formulation se trouve dans la déclaration des droits de l'homme et dans la Charte des Nations Unies.

Le levain de l'Humanité.

Et la pâte s'est levée. Avec la fin du Kali-Yuga, où tout s'accélère, la levée est de plus en plus rapide, et l'on voit, de nos jours, toutes les idées et réalisations que la Société Théosophique a eu le courage de promouvoir en 1875, se développer, se propager, et dépasser au loin, laissant presque dans l'ombre la Société Théosophique.

Avant d'aller plus loin, il est bon de rappeler un point, pourtant bien développé dans “La Clé de la Théosophie”, un livre de base écrit par H.P. Blavatsky et présentement presque complètement oublié. C'est que cette Société, qui a été fondée en 1875, n'était que la renaissance d'une autre, qui fleurissait vers les troisième, quatrième et cinquième siècles de notre ère. Oui, la Soeur aînée de cette Société est l'école éclectique de théosophie d'Alexandrie. Le fondateur reconnu de cette école était Ammonius Saccas, qui aurait reçu son enseignement d'un prêtre égyptien connu sous le nom de Pot-Amon. De cette école, plusieurs adeptes sont bien connus: Plotin, Porphyre, Jamblique, Proclus, Origène parmi d'autres. Il y aurait beaucoup à dire sur chacun d'eux. Mais l'idée centrale de cette école mérite qu'on s'y attarde. Cette école fut, en effet, appelée éclectique parce que son attitude était de sélectionner ce qui était commun dans toutes les religions et traditions éthiques, en vue de constituer une religion ou une philosophie unifiante. C'est dans cet esprit que Plotin et Origène ont tenté de rallier le Christianisme naissant à l'ancienne religion égyptienne, qui était alors bien implantée en Grèce. Mais il y a plus, et l'on peut lire des relations très instructives dans les oeuvres de Plotin: avec les armées d'Alexandre, des adeptes de l'école sont allés aux Indes, et en sont revenus ave des renseignements de première main sur les philosophies et les pratiques spirituelles hindoues. Une pratique était très en vogue à cette époque: la gymnosophie. Eh bien, ce n'est rien d'autre que la hatha yoga, qui connaît de nos jours aussi une mode très répandue. C'est de l'Inde aussi qu'est venu l'aspect thaumaturgique (magique) de cette école prônée surtout par Jamblique.

Comme Confucius a dit: Pour acquérir la Sagesse, il faut apprendre l'histoire. Après quatorze siècles, nous nous retrouvons dans une situation quasiment identique.

Et quelle est cette situation ? Une grande confusion, due à la prolifération de sectes, de groupes et de mages. Les théosophes, surtout les nouveaux et les jeunes, ne savent plus où donner de la tête. Et la tendance grandissante est de s'intéresser à l'une puis à l'autre, puis à une autre de ces écoles, sans en étudier aucune à fond. Ceci est le plus grand péché en Occultisme. Et, dans la situation présente, le rôle de la Société Théosophique, servante de la Vérité, est, à nouveau, de montrer la Voie.

La Société Théosophique, dans son histoire -- c'est-à-dire en développant son activité selon les besoins du monde — est passée par plusieurs étapes: Établissement de l'enseignement théosophique moderne, spécialisation, intégration. Elle arrive maintenant à une quatrième étape, celle de la Réalisation.

Il a été dit plus haut que cette Société se distingue des autres par l'absolue liberté laissée à chaque membre de suivre sa propre voie. “II appartient au membre de devenir un Théosophe”. En vue de ceci, un enseignement a été donné initialement par H.P. Blavatsky, puis codifié par les soins d'Annie Besant. S'il n'est pas obligatoire de s'y conformer, il est nécessaire de se pénétrer de cet enseignement si l'on veut être un vrai théosophe. Et de tout cet enseignement, l'Anatomie occulte - ou intégrale — de l'homme est le point central. C'est la base de tout perfectionnement. Combien d'entre nous ont étudié convenablement, consciencieusement ce point ? Et combien d'entre nous s'en sont servis pour se perfectionner réellement ? Car c'est là que réside la clé. Il faut vouloir. Puis mettre ce vouloir en application. Cette anatomie de l'homme est tellement bien expliquée, qu'une fois comprise, elle vous permet de comprendre tous les systèmes de yoga. C'est ici que réside la valeur inestimable de l'enseignement théosophique.

Étant la synthèse de l'essence des enseignements de toutes les religions, philosophies et traditions, la Théosophie confère à ses étudiants une connaissance centrale qui permet de comprendre tous les systèmes. Ainsi un théosophe, contrairement à la tendance actuelle et par trop générale de croire qu'il faut courir à droite et à gauche pour obtenir une sorte de connaissance, puis une autre, un théosophe donc, qui a bien étudié la Théosophie, n'a besoin d'aller nulle part ailleurs, et sera, par sa connaissance de la Théosophie, capable de comprendre — et, non seulement comprendre, mais aussi aider les adeptes de tout système. Cette tendance actuelle à s'adresser aux divers “maîtres” est certes une preuve d'une apparente ouverture d'esprit, mais est plutôt néfaste au véritable travail qui consiste à approfondir nos connaissances. Et, souvenons-nous que si la Théosophie couvre tout, n'importe quoi n'est pas la Théosophie. Ceux donc qui se sont bien pénétrés de l'enseignement théosophique n'ont aucun mal à comprendre la voie droite, immédiate, sans détour, sans complication, qui a été expliquée de façon si merveilleuse, récemment, par I.K. Taimni. Avec Taimni, la Société Théosophique a reçu ce qu'il lui faut pour entrer dans la quatrième étape, celle de la Réalisation. C'est par la Réalisation, seulement, que la Société Théosophique pourra rester sur la crête de la vague, et jouer, en ce nouveau siècle de son existence, son rôle de levain.

Il est temps maintenant de rappeler les objets non déclarés de la Société Théosophique. On peut les glaner dans certains écrits, et surtout dans les “Lettres des Mahatmas à A.P. Sinnett”. Le premier de ces objets est ”“de soulever un peu le lourd karma du monde”. En regardant grandir ses enfants, on s'oublie bien souvent. En regardant proliférer cette progéniture de yogas, les théosophes oublient par trop leur tâche propre. Il est important donc de rappeler que rien de ce qui a été dit, écrit ou fait dans cette Société n'a de valeur, s'il n'a été dit, écrit ou fait en vue d'aider l'humanité. Le yoga n'intéresse le théosophe que parce qu'il lui permet d'acquérir la maîtrise de soi et conséquemment une plus grande puissance de servir. Se perfectionner pour se perfectionner n'est pas notre but. Le deuxième objet de la fondation de la Société Théosophique est de réunir en son sein les éléments pour la formation de la nouvelle humanité. La Société Théosophique n'est certes pas le seul canal, mais en est un; il est bon de s'en souvenir.

Le troisième objet, qui est un corollaire des deux premiers, est d'être une école de formation de serviteurs de l'humanité, ceux qu'on appelle disciples (tous ces termes sont par trop oubliés de nos jours, et l'on en arrive à s'excuser en les employant; c'est pourtant clair dans les écrits les plus importants). Dans cette optique, une section intérieure a été créée par H.P. Blavatsky. II est important que tous les membres en soient informés. L'appartenance à cette section intérieure ne comporte aucun privilège, seulement des devoirs. Et ceux qui sont disposés à se préparer à servir trouveront le chemin qui y mène.

La Voie théosophique est basée sur l'enseignement théosophique. Si l'on ne connaît pas à fond cet enseignement, cette voie ne devient pas une réalité. Mais avec l'étude et l'application, cet enseignement devient de plus en plus clair et la voie peut être suivie de façon de plus en plus réelle. Selon l'enseignement théosophique, l'homme extérieur -- ou la personnalité — doit finalement être connu, discipliné, maîtrisé, et alors seulement le pont (Antahkarana) peut être franchi pour entrer dans le domaine de la Réalité.

Il est temps que les théosophes réalisent qu'il y a une voie théosophique, la suivent avec détermination, afin de pouvoir, par une preuve vivante, et non seulement par l'intellect, démontrer cette affirmation faite, en 1881, par le vrai fondateur de la Société Théosophique:“ La doctrine que nous promulguons est la Vérité, rien que la Vérité”.


Haut de la Page

Page- Documents en Ligne

 

Используются технологии uCoz